L’Homme-Jasmin d’après L’Homme-Jasmin d’Unica Zürn

proposition de Magali Montoya


  • Du 9 au 10 mars 2011
  • - mercredi 9 à 19h30
    - jeudi 10 mars à 19h30

    - entrée 5 euros

    L’Homme-Jasmin d’après L’Homme-Jasmin d’Unica Zürn
    traduction française de Ruth henry et Robert Valençay ©Editions Gallimard

    proposition de Magali Montoya pour un quintette avec
    Anne Alvaro, Ulla Baugué, Marilu Bisciglia, Ariane Gardel et Magali Montoya
    lumière Pascal Noël régie Thierry Charlier

    « Quelqu’un qui voyage en moi me traverse. Je suis devenue sa maison. Dehors, dans le paysage noir à la vache mugissante, quelqu’un prétend exister. »
    JPEG - 300.5 ko

    Unica Zürn est née à Berlin en 1916. À partir de 1949, elle écrit pour des journaux allemands et suisses. En 1953, elle rencontre Hans Bellmer et le suit à Paris. Elle y écrit ses premiers poèmes anagrammatiques, produit des dessins automatiques, expose à plusieurs reprises. Elle rencontre André Breton, Jean Arp, Marcel Duchamp, Max Ernst, Man Ray, et Henri Michaux. Dès 1957, elle traverse des crises délirantes qui lui vaudront plusieurs internements. En 1970, elle se défenestre.

    « tout l’horizon à gauche au fond, où l’aigle blanc avait disparu, ne semblait empli que d’un seul sourire comme aveuglé de bonheur »

    C’est en 1965 qu’Unica Zürn commence la rédaction de L’Homme-Jasmin - sous-titré Impressions d’une malade mentale – récit d’une vie , la sienne, une vie intimement liée à la création. Autobiographie, fiction, imaginaire s’imbriquent. Loin d’une introspection complaisante, elle donne naissance à une œuvre littéraire lucide, tirée du plus profond de son être. Elans bouleversants de vérité, voyage dans les abîmes de l’être, aveu d’instants d’extase, envol intérieur, nous guident dans le labyrinthe de cet espace du dedans.

    « pourquoi le dessin occupe-t-il ici toute la surface de la feuille jusqu’aux bords ? dans vos autres compositions vous avez laissé une marge blanche autour du motif. … Elle avait fait cette réponse : « je ne voulais pas cesser d’y travailler, ou ne le pouvais pas (…) Je souhaitais que ce dessin se prolongeât bien au-delà des bords du papier—jusqu’à l’infini »

    Cinq compagnons pour un voyage au pays enchanté d’Unica Zürn, cinq actrices pour faire entendre les voix de cet être protéiforme . Que nos théâtres se fassent les chambres d’écho de la voix d’Unica . Après un premier rendez-vous au TGP de Saint-Denis en Avril 2007, une première éclosion à la Fonderie en Juin 2009, nous nous sommes fait la promesse de retrouvailles régulières autour de L’ Homme- Jasmin.

    Magali Montoya

    production Le Solstice d’Hiver, avec l’aide à la production d’Arcadi, coréalisation L’Echangeur-Compagnie Public Chéri, avec le soutien de la Fonderie au Mans. Remerciements au T2G






    Réservez en ligne