Encore Heureux : Entretien avec Paul Brétécher

PROJECTION


  • Mercredi 15 novembre 20:00
  • Entrée libre

    Film réalisé par Stéphane Gatti avec Pierre-Vincent Cresceri et Joachim Gatti.
    Projection à La Fonderie

    Entretiens filmés et retranscrits dans le cadre de l’exposition :
    Comme un papier tue-mouches dans une maison de vacances fermée, Montreuil, La Parole Errante (2008-2009).

    Suite à mai 68, une nouvelle génération de médecins et d’infirmiers arrive dans les hôpitaux psychiatriques.
    La lente mise en place de la politique de secteur augure alors à peine de changements ; la psychiatrie publique reste très marquée par le fonctionnement asilaire. Cette évolution de l’asile, nécessaire mais « technique », balisée de décrets ministériels, s’incarne en grande partie grâce à leur activisme. L’époque est aussi celle d’un regard plus positif porté sur la folie, parfois magnifiée, en tout cas davantage écoutée.
    En mai 68, à Nantes, Paul Brétécher décide de devenir psychiatre. Il fait d’abord de la psychothérapie institutionnelle dans de vastes hôpitaux – c’est-à-dire qu’il tente d’humaniser l’institution. Puis il part à Corbeil-Essonnes dans un service créé par Lucien Bonnafé (1912-2003). Ce désaliéniste qui milite contre la logique asilaire depuis des expériences fondatrices pendant la Résistance veut mettre à profit la politique de secteur pour imaginer une psychiatrie « hors les murs ».
    Le souci de l’usager précédant les logiques institutionnelles, les soignants doivent, sans à priori, pouvoir créer des structures et les adapter au fur et à mesure que des besoins sont identifiés. Ainsi, le soin se mêle au quotidien afin que les interactions sociales s’intègrent aux soins – utilisant le « potentiel soignant de la population » cher à Lucien Bonnafé. Les rôles du psychiatre et des infirmiers, hors de l’étroite scène de l’asile, sont à réinventer.
    Paul Brétécher, qui arrive à Corbeil un an après la retraite de Bonnafé, va contribuer à faire vivre jusqu’aujourd’hui cette tentative, dans un contexte difficile où, pour beaucoup, l’enfermement redevient souhaitable.

    Stéphane Gatti, Pierre Vincent Cresceri, Joachim Gatti






    Réservez en ligne