Compagnie L’Impossible

Désertion (jour 0)


  • Du 12 au 14 novembre 2014
  • Du 16 février 2015 au 6 mars 2015
  • d’après Désertion de Clément Bondu
    et Jour 0 de Julien Allouf

    Conception, mise en scène et jeu Julien Allouf et Clément Bondu
    Musique : Memorial*
    Composition Jean-Baptiste Cognet
    Arrangements et interprétation musicale Clément Bondu, Jean-Baptiste Cognet, François Morel et Yann Sandeau
    Régie lumières et plateau César Godefroy
    Régie son Mathieu Plantevin
    Administration, production et diffusion Matthieu Edet

    Synopsis

    C’est suite à un voyage en Israël-Pa­les­tine que le projet Désertion (Jour 0) est né. Après trois mois de ren­contres, de dis­cus­sions, de vie, entre Israël et les ter­ri­toires occupés, nous sommes revenus en France, ac­cueillis par les ma­ni­fes­ta­tions de fon­da­men­ta­listes ca­tho­liques contre Golgotha picnic de Rodrigo Garcia au Théâtre du Rond-Point, un an à peine après que le « Piss Christ » d’Andréas Serrano a été vandalisé au musée d’Avignon. Montées des fon­da­men­ta­lismes, retours à des valeurs morales et re­li­gieuses dans un monde en pleine ac­cé­lé­ra­tion qui ne sait plus choisir entre le moyen-âge et le siècle qui s’ouvre et reste encore à écrire. Re­bas­cu­lons-nous au­jour­d’hui dans une certaine forme d’obs­cu­ran­tisme et d’in­to­lé­rance, symptômes de temps que l’on pensait révolus ?

    Comment, en tant qu’ar­tistes, faire de cet état du monde, de notre histoire en cours, une force, pour y trouver l’espoir et la joie à laquelle nous aspirons ? Dans une forme proche du concert, Désertion (jour 0) entremêle Jour O de Julien Allouf, journal d’un jeune homme en peine d’amour, monologue d’un abandonné aux prises avec sa propre vie, et Désertion de Clément Bondu, poème qui raconte les 7 jours de la non-créa­tion du monde à travers l’errance d’un Dieu vide, abattu, enfermé dans une chambre d’hôtel minable. À la fois brûlot, chant d’amour, cri de douleur, contre l’ennui et la de­ses­pé­rance, contre l’ordre et la morale, contre le règne des ap­pa­rences, Désertion (jour 0) en appelle à la liberté, dans un acte de joie fondateur.

     [1]




    [1Production : L’IMPOSSIBLE
    Coproduction : L’Entracte – scène conventionnée de Sablé-sur-Sarthe, La Comédie de Reims – CDN et le TU-Nantes.
    Accueil en résidence : La Fonderie au Mans / Théâtre du Radeau.
    Avec le soutien du Jeune Théâtre National.